(pt) France, Alternative Libertaire AL #289 - País Basco: ETA, sessenta anos de luta e debate (en, fr, it)[traduccion automatica]

a-infos-pt ainfos.ca a-infos-pt ainfos.ca
Quinta-Feira, 27 de Dezembro de 2018 - 06:33:50 CET


Em 2 de maio, Euskadi Ta Askasuna (País Basco e Liberdade, ETA) anunciou sua dissolução 
unilateralmente após um processo de desarmamento. A organização nascida em 1959 marcou 
profundamente a paisagem política e social basca. ---- Desde o XIX th século, nacionalismo 
basco é segurado na mão pelo Partido Nacionalista Basco (PNV), combinando a classe média 
em uma franja católica reacionária. A noção de "   raça basca   " e "   povo escolhido   " 
é a base do movimento de Sabino Arrana, fundador e presidente do PNV. Este movimento se 
opõe a uma grande burguesia local integrada à indústria e aos bancos anglo-espanhóis. Em 
1936, o movimento aliou-se aos republicanos e à CNT para repelir os franquistas até a 
queda de Bilbao em 19 de junho de 1937. Os executivos do partido exilaram-se na França 
[1]nos Estados Unidos e na América do Sul. Diante da impotência do partido no exílio 
totalmente isolado das pessoas que sofrem com a repressão de Franco, um grupo de 
estudantes formou o grupo Egin ("   Faire   ") em 1952 para promover o basco (basco) e 
para estudar a história do povo basco. Diante da atitude de esperar e ver da periferia 
democrata-cristã, uma tendência radical do movimento juvenil do PNV, que quer lutar contra 
o poder espanhol, se junta a Egin. Da junção deles / delas nasceu ETA no dia 31 de julho 
de 1959.

Uma jornada tumultuada
Em 1961, a ideia de "   raça basca   " está completamente abandonada  [2], uma obra de 
Federico Krutwig, Vasconia , abre um novo horizonte para a organização: a combinação de 
libertação nacional e libertação social. O ETA leva uma guinada de luta de classes. Em 18 
de julho de 1961, a primeira ação foi uma tentativa de atrapalhar o trem que transportava 
ex-soldados de Franco para celebrar o golpe fascista. A situação internacional (a Guerra 
do Vietnã, Movimento 26 de Julho, em Cuba, vitória da FLN na Argélia, o MPLA em Angola 
...) derrubado em 1964 ETA para o maoísmo eo Terceiro Mundo, aplicando à letra condenados 
da A terrade Frantz Fanon. O terceiro mundo continua paralisada para o movimento basco, 
colocando no mesmo plano a situação colonizado países onde a indústria não existe com a 
burguesia local que serve os colonizadores e do País Basco, com uma burguesia 
surindustrialisé integrada no país opressor e retomar a política de frente de Mao durante 
a guerra Manchurian da libertação, ou seja, a aliança com a burguesia "   basquiste 
Enquanto, paradoxalmente, o ETA quebra todas as relações com o PNV ao mesmo tempo. Na 
virada da década de 1970, duas divisões ocorrerão, a primeira em 1968, opondo-se ao atual 
trabalhador e ao atual terceiro mundo. A segunda corrente assume o controle da 
organização. Nesse mesmo ano, um dos funcionários do ETA, Txabi Etxebarrieta, foi morto a 
tiros pela Guardia Civil, tornando-se a primeira vítima nas fileiras da organização.

A segunda divisão ocorrerá em 1970. Na véspera do Julgamento de Burgos  [3], a franja 
trotskista deixa a organização para criar o ETA VI antes de ingressar no LCR espanhol. O 
ETA então abandona o Terceiro Mundo e o conceito de "   povo de classe   " para se voltar 
para "   a liberdade nacional, a democracia e o socialismo   " procurando organizar o " 
povo trabalhador basco   "em torno dele, ideologia imprint de vanguardismo, combinando 
ativistas de diferentes origens, eles e eles são libertários, ou ex-PNV e PSOE. Em 1973, o 
suposto sucessor de Franco explodiu em seu carro em Madri com uma bomba reivindicada pela 
ETA. O poder fascista vacila e a ETA deve preparar o fim do regime.

Enfrentando o após Franco
Desacordos volta a 1974 continua a ser um ano importante para a organização: o movimento 
eclodiu. A maioria fundou o partido Abertzale Langile Irautzaleen Alderdia (Partido dos 
Patriotas Revolucionárias trabalhadores ALADI) para intervir directamente na política 
bascos. Por sua parte, ETA militar organiza a ação armada. Finalmente político-militar ETA 
(ETA-pm) se recusa divisão duas frentes, mas mantém juntos a união Langile Abertzaleen 
Batzordeak (CCOO patriótico, LAB), comitês de bairro e festa Euzkadiko Ezkerra (Esquerda 
País Basco).

Com a morte de Franco, a Espanha continua nas mãos de executivos do regime de Franco e os 
trabalhadores do País Basco estão pagando o preço: o massacre pela polícia de cinco 
trabalhadores em greve contra os limites dos salários e condições de trabalho em Vittoria 
-Gasteiz em 1976, o assalto à amnistia pela polícia e a morte a tiros de um deles durante 
as festividades de Pamplona em 1978, a repressão da greve geral pela anistia dos 
prisioneiros e Prisioneiros políticos bascos e a morte de três pessoas em Errenteria, 
deixando uma cidade saqueada e pilhada pela Guardia Civil. A repressão do Estado espanhol 
não se extingue com a chamada transição democrática. O ETA continua sua ação, mas o 
cenário político vai mudar.

Em 1978, a coalizão Herri Batasuna que reúne vários partidos de esquerda cuja 
independência ALADI apoiada pelos grupos sindicais LAB e pró-anistia nascidos no contexto 
da nova Constituição espanhola e do estatuto de autonomia basca nas mãos de PNV em 1980. 
ETA, enquanto isso, está embarcando na luta contra a construção da usina nuclear de 
Lemoiz, apoiando um forte movimento ambiental. A organização suspende a construção e o 
projeto é abandonado.

Le Pays basque nord est le théâtre d'actions criminelles du Groupe antiterroriste de 
libération (GAL) orchestrées par l'État espagnol de Felipe Gonzales avec l'appui des 
autorités françaises. À partir de 1983, le GAL, regroupant des militaires et policiers 
espagnols, des mercenaires d'extrême droite et du milieu marseillais, assassine impunément 
des réfugiés d'ETA, aidé par les Renseignements généraux (RG) de Mitterrand [4]. 
Entre-temps, ETA-pm se fond dans le Parti communiste basque en 1982 avant de rallier le PSOE.

L'impasse militaire
Sur le plan politique, Herri Batasuna prend de plus en plus d'ampleur dans les années 
1980. ETA cible des casernes de la police et de la Guardia Civil à Madrid, mais quand au 
mois de juin 1987 une bombe explose dans un centre commercial de Barcelone tuant 47 
personnes, l'organisation présente ses excuses. C'est l'action de trop pour une grosse 
partie des soutiens d'ETA. Un cessez-le-feu est décrété en 1989, le premier dans 
l'histoire de l'organisation, et des réunions de négociation sont organisées à Alger entre 
ETA et l'État espagnol. Celles-ci furent rompues face à la demande de repentance de 
Gonzales. ETA, affaiblie par de multiples arrestations, s'embourbe dans les années 1990 
dans l'élimination de journalistes, d'élus de tous bords, s'éloignant ainsi de sa base 
jusqu'à une nouvelle prise de contact avec le gouvernement Aznar en 1999. Cette prise de 
contact conduit à un cessez-le-feu et aux accords de Lizarra où les forces 
indépendantistes et autonomistes (Herri Batasuna, PNV...) se mettent d'accord sur une 
solution politique. Sans surprise, le PNV ne respecte pas l'accord afin de garder le 
pouvoir sur la communauté autonome basque avec soit le Parti populaire soit le PSOE. ETA 
reprend les armes afin de faire pression sur le PNV.

La gauche indépendantiste sort divisée de cette période, entre le courant qui condamne la 
violence et celui qui ne souhaite pas la commenter. Dans cette période, jusque dans les 
années 2000, la doctrine Garzón (du nom d'un juge), se met en place : « Todo es ETA » 
(Tout est ETA). Le juge ordonne la fermeture de journaux indépendantistes, de radios, 
interdit Herri Batasuna et des mouvements de jeunesse basques, dirige des rafles contre 
les militant.es et demande à la France (qui ne se fait pas prier) l'extradition de 
militant.es basques. Tout devient suspect, le juge Garzón voit la main d'ETA sur tout le 
mouvement.

Dissolution de l'organisation
Les années 2000 voient s'ouvrir une période de longue réflexion sur les débouchés 
politiques de la lutte armée. Le 17 octobre 2011, une nouvelle ère commence : une 
rencontre internationale se tient au palais d'Aiete [5]à Saint-Sébastien, demandant 
l'arrêt définitif de l'action armée, un dialogue entre les trois parties (ETA et les États 
espagnols et français), et la reconnaissance des souffrances subies de part et d'autres. 
Le 20 octobre, ETA annonce l'arrêt définitif de ses actions armées. ETA veut ouvrir le 
dialogue avec Madrid avec l'aide d'organisations internationales, un rendez-vous est donné 
à Oslo. Après plusieurs mois d'attente, l'État espagnol refuse de s'y rendre, signe que 
Madrid refuse d'ouvrir des pourparlers. Et c'est le cas : les autorités espagnoles 
continuent à réprimer et à emprisonner des militant.es. Du côté français, même silence : 
une lettre est envoyée à Hollande qui ne prend pas la peine de répondre. Le 16 décembre 
2016, cinq représentant-es de la « société civile » appelés les Artisans de la paix 
entreprennent de neutraliser une partie de l'arsenal qu'ETA leur avait confié, se font 
arrêter par les force du Raid et sont envoyés à la cellule antiterroriste de 
Levallois-Perret avant d'être relâchés (la procédure n'est pas terminée). ETA poursuit son 
désarmement, donne la position de toutes ses caches d'armes aux représentants, ce qui 
aboutit à son désarmement complet le 8 avril 2018. ETA est désormais inactive et désarmée 
et l'organisation se dissout le 2 mai après que 93 % de ses membres aient approuvé cette 
décision.

Depuis, une nouvelle période s'ouvre au Pays basque. Les militantes et militants qui se 
battent pour l'autodétermination cherchent maintenant une issue uniquement politique par 
le biais du parti politique Sortu et de la coalition Euskal Herria Bildu rassemblant 
différentes tendances, par le biais de luttes sociales avec le syndicat LAB, mais aussi 
d'association de familles (Etxerat) de prisonnières et prisonniers ou des associations 
d'aide à leur réinsertion (Harrera). Bien que l'État français a depuis fait de timides 
avancées en ce qui concerne le rapprochement des prisonniers vers leur familles et 
proches, l'État espagnol reste sur sa position tout en niant le statut d'exception des 
prisonniers politiques mais aussi les tortures et les éliminations faites par les 
différentes polices. Après la suppression réclamée des mesures d'exception appliquées aux 
détenu.es basques, nombreux sont ceux et celles qui demandent la mise en place d'une 
justice transitionnelle (réparatrice) pour que l'ensemble des détenu.es basques en Espagne 
et en France soient libérés.

Martial (AL Saint-Denis)

[1]Le PNV avait un siège au 7 rue Quentin-Bauchart dans le 8e arrondissement de Paris où 
se réunissaient les cadres du parti. Le siège fut réquisitionné par la Gestapo et donné à 
l'ambassade de l'Espagne franquiste. Il est toujours propriété de l'ambassade où loge 
l'Institut Cervantès.

[2]Dans le bulletin interne d'ETA, Zutik n°8 de 1961 : « Dans le siècle présent, ni la 
race, ni la langue, ni le passé historique n'octroient à un peuple le droit d'être maître 
de lui-même et d'être libre[...]. L'unique condition nécessaire pour se constituer est 
celle-ci : le vouloir. ».

[3]Le procès de Burgos, où sont jugés par un tribunal militaires 16 membres d'ETA 
soupçonnés d'avoir participé au meurtre de trois personnes, se tient à partir du 3 
décembre 1970. Le tribunal condamne chacun d'eux à la mort par garrot. Une grande campagne 
internationale, que Gisèle Halimi et Sartre ont rejoint en France, fait céder Franco et la 
peine est transformée en années de prison (de 12 à 70 ans).

[4]En 1985, a lieu la fusillade du bar de l'hôtel Monbar dans le Petit Bayonne, où quatre 
réfugiés trouvent la mort. L'action du GAL a fait plus de 34 morts et les auteurs n'ont 
jamais été condamnés.

[5]Le palais d'Aiete était la résidence d'été de Franco.

http://www.alternativelibertaire.org/?Pays-basque-ETA-soixante-ans-de-luttes-et-de-debats


Mais informações acerca da lista A-infos-pt