A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours | of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) Socialisme Libertaire - Le capitalisme sauvage ne s'apprivoise pas

Date Sat, 17 Oct 2020 18:19:56 +0100


«Le capitalisme sauvage est de retour - et il ne s'apprivoise pas.  ---- Dans les années 90, j'avais l'habitude de me disputer avec des amis russes sur le capitalisme. C'était une époque où la plupart des jeunes intellectuels d'Europe de l'Est embrassaient avidement tout ce qui était associé à ce système économique particulier, alors même que les masses prolétariennes de leur pays restaient profondément méfiantes. Chaque fois que je remarquais un excès criminel des oligarques et des politiciens tordus qui privatisaient leur pays dans leurs propres poches, ils haussaient simplement les épaules. ---- «Si vous regardez l'Amérique, il y avait toutes sortes d'escroqueries comme celle-là au 19ème siècle avec les chemins de fer et autres», je me souviens d'un joyeux ange russe à lunettes qui m'expliquait il y a une vingtaine d'années: «Nous sommes encore au stade sauvage. Il faut toujours une ou deux générations au capitalisme pour se civiliser.» ---- «Et vous pensez en fait que le capitalisme fera cela tout seul?» ---- «Regardez l'histoire! En Amérique, vous avez eu vos barons voleurs, puis - 50 ans plus tard - le New Deal. En Europe, vous aviez l'État-providence...» ---- «Mais, Sergei», protestai-je (j'oublie son vrai nom), «cela ne s'est pas produit parce que les capitalistes ont simplement décidé d'être gentils. Cela s'est produit parce qu'ils avaient tous peur de vous.» ---- Il semblait touché par ma naïveté.

À cette époque, il y avait une série d'hypothèses que tout le monde devait accepter pour même être autorisé à entrer dans un débat public sérieux. Ils ont été présentés comme une série d'équations évidentes. «Le marché» était équivalent au capitalisme. Le capitalisme signifiait une richesse exorbitante au sommet, mais il signifiait également un progrès technologique rapide et une croissance économique. La croissance signifiait une prospérité accrue et la montée d'une classe moyenne. La montée en puissance d'une classe moyenne prospère, à son tour, équivaudrait toujours en fin de compte à une gouvernance démocratique stable. Une génération plus tard, nous avons appris qu'aucune de ces hypothèses ne peut plus être considérée comme correcte.

La véritable importance de la superproduction de Thomas Piketty, Capital in the 21st Century, est qu'elle démontre, dans des détails atroces (et cela reste vrai malgré quelques petites querelles prévisibles) que, dans le cas d'au moins une équation de base, les chiffres ne s'additionne pas. Le capitalisme ne contient pas de tendance inhérente à se civiliser. Laissé à lui-même, on peut s'attendre à ce qu'il crée des taux de retour sur investissement tellement supérieurs aux taux globaux de croissance économique que le seul résultat possible sera de transférer de plus en plus de richesse entre les mains d'une élite héréditaire d'investisseurs, pour l'appauvrissement relatif de tous les autres.

En d'autres termes, ce qui s'est passé en Europe occidentale et en Amérique du Nord entre 1917 et 1975 environ - lorsque le capitalisme a effectivement créé une forte croissance et une réduction des inégalités - était en quelque sorte une anomalie historique. Les historiens de l'économie se rendent de plus en plus compte que c'était effectivement le cas. Il existe de nombreuses théories expliquant pourquoi. Adair Turner, ancien président de la Financial Services Authority, suggère que c'est la nature particulière de la technologie industrielle du milieu du siècle qui a permis à la fois des taux de croissance élevés et un mouvement syndical de masse. Piketty lui-même souligne la destruction du capital pendant les guerres mondiales et les taux élevés d'imposition et de réglementation que la mobilisation de la guerre a permis. D'autres ont des explications différentes.

Il ne fait aucun doute que de nombreux facteurs étaient impliqués, mais presque tout le monde semble ignorer les plus évidents. La période où le capitalisme semblait capable de fournir une prospérité large et étendue était aussi, précisément, la période où les capitalistes estimaient qu'ils n'étaient pas le seul jeu en ville: lorsqu'ils faisaient face à un rival mondial dans le bloc soviétique, les mouvements anticapitalistes révolutionnaires d'Uruguay à la Chine, et au moins la possibilité de soulèvements ouvriers chez eux. En d'autres termes, plutôt que des taux de croissance élevés permettant une plus grande richesse pour les capitalistes, le fait que les capitalistes ressentaient le besoin d'acheter au moins une partie de la classe ouvrière plaçait plus d'argent entre les mains des gens ordinaires, créant une demande croissante des consommateurs. Il était lui-même largement responsable des taux remarquables de croissance économique qui ont marqué «l'âge d'or» du capitalisme.

Depuis les années 1970, alors que toute menace politique significative s'est retirée, les choses sont revenues à leur état normal: c'est-à-dire aux inégalités sauvages, avec un 1% présidant à un ordre social marqué par une stagnation sociale, économique et même technologique croissante. C'était précisément le fait que des gens comme mon ami russe croyaient que le capitalisme se civiliserait inévitablement qui garantissait qu'il n'avait plus à le faire.

Piketty, en revanche, commence son livre en dénonçant  «la rhétorique paresseuse de l'anticapitalisme». Il n'a rien contre le capitalisme lui-même - ni même, d'ailleurs, contre l'inégalité. Il souhaite juste vérifier la tendance du capitalisme à créer une classe inutile de rentiers parasites. En conséquence, il soutient que la gauche devrait se concentrer sur l'élection de gouvernements dédiés à la création de mécanismes internationaux pour taxer et réglementer la richesse concentrée. Certaines de ses suggestions - un impôt sur le revenu de 80%! - peut paraître radical, mais nous parlons toujours d'un homme qui, ayant démontré que le capitalisme est un aspirateur gigantesque aspirant la richesse entre les mains d'une petite élite, insiste pour que nous ne débranchions pas simplement la machine, mais essayions de construire un aspirateur aspirant dans la direction opposée.

De plus, il ne semble pas comprendre que peu importe le nombre de livres qu'il vend, ou les sommets qu'il tient avec des sommités financières ou des membres de l'élite politique, le simple fait qu'en 2014 un intellectuel français de gauche peut en toute sécurité déclarer qu'il ne veut pas renverser le système capitaliste mais seulement le sauver de lui-même est la raison pour laquelle de telles réformes ne se produiront jamais. Les 1% ne sont pas sur le point de s'exproprier, même si on leur demande gentiment. Et ils ont passé les 30 dernières années à créer un verrou sur les médias et la politique pour s'assurer que personne ne le fera par des moyens électoraux.

Étant donné qu'aucune personne saine d'esprit ne souhaiterait faire revivre quoi que ce soit comme l'Union soviétique, nous n'allons pas non plus voir quelque chose de semblable à la social-démocratie du milieu du siècle créée pour la combattre. Si nous voulons une alternative à la stagnation, à l'appauvrissement et à la dévastation écologique, nous allons simplement devoir trouver un moyen de débrancher la machine et de recommencer.»

David Graeber

http://www.socialisme-libertaire.fr/2020/10/le-capitalisme-sauvage-ne-s-apprivoise-pas.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center